Entretien avec Robert Conkey, producteur de Sekiro : Shadows Die Twice

Après sa présentation lors de la conférence Xbox de l’E3 2018, le jeu de FromSoftware Sekiro : Shadows Die Twice est rapidement devenu l’un des plus attendus de 2019. Mêlant mouvements dynamiques, combats relevés mais satisfaisants et une touche de mythologie dans le Japon féodal, Sekiro est déjà un événement. À l’approche de sa sortie le 22 mars, nous avons pu discuter avec le producteur Robert Conkey sur ce que les joueurs peuvent attendre de ce jeu unique sur Xbox One.

La série des Dark Souls peut être qualifiée d’action-RPG, mais Sekiro semble être différent. Dans quelle catégorie le classeriez-vous ?

Certains jeux sont plus difficiles à classer que d’autres, et Sekiro : Shadows Die Twice est de ceux-là. Les combats sont vraiment difficiles et demandent une certaine maîtrise. Les éléments de RPG diffèrent des jeux précédents, en accordant moins d’importance aux stats et plus à la progression grâce à des outils, des nouvelles compétences et des techniques spéciales. Et puis il y a la progression en 3D, l’infiltration et le protagoniste fixe. En tenant compte de tout cela, FromSoftware a décidé que la meilleure description de Sekiro était un « jeu d’action-aventure avec des éléments de RPG ».

Comment fonctionnent les mécaniques de vie/mort et résurrection ? En quoi sont-elles différentes des Dark Souls ?

Contrairement aux titres précédents de From, si vous mourez et que vous ne pouvez pas revenir à la vie, il n’y a pas de « course au cadavre » pour récupérer votre argent. Dans Sekiro, vous perdez automatiquement la moitié de votre argent et la moitié de vos points de compétences, sans possibilité de les récupérer.

Toutefois, vous avez une chance d’éviter cette perte, grâce à la bénédiction de forces invisibles, que nous appelons l’Aide invisible.

La probabilité que l’Aide invisible se déclenche dépend d’un autre aspect de ces mécaniques, à savoir la maladie appelée « Dragonrot ». Si vous mourez plusieurs fois, vous pouvez quand même revenir à la vie, mais vous remarquerez que les personnes que vous avez croisées souffrent d’une maladie hideuse. Plus il y a d’infectés, moins vous aurez de sympathie divine, ce qui se traduit par des chances réduites de bénéficier de l’Aide invisible. Il est possible de soigner le Dragonrot en échange de ressources. Cette maladie peut aussi avoir d’autres conséquences que vous découvrirez dans le jeu.

Quant à la résurrection à proprement parler, le joueur peut revenir à la vie en combat afin d’éliminer des ennemis qui le croyaient mort ou pour avoir simplement une deuxième chance. Toutefois, la résurrection ne peut pas être réutilisée avant que le Loup n’ait pris la vie des ennemis. Mourir avant cela se traduit par la perte de la moitié de votre argent et de votre XP (sauf si vous avez la chance de bénéficier de l’Aide invisible).

Sekiro raconte l’histoire d’un personnage bien précis, au lieu de mettre le joueur dans la peau d’un héros anonyme. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Sans gâcher la surprise, je peux évoquer la trame de Sekiro. Le Loup a juré de protéger Kuro, l’Héritier divin du Dragon. Kuro est un jeune homme, mais dans son sang coule le pouvoir de l’immortalité. On pourrait croire qu’un immortel n’a pas besoin de protection, mais détrompez-vous : l’immortalité est un pouvoir si puissant que n’importe qui cherche à mettre la main de suite. Au début de l’histoire, le Loup et l’Héritier divin, capturé par Genichiro Ashina, sont réunis. Ils essayent de s’échapper, mais sont stoppés par Genishiro qui coupe le bras du Loup et enlève l’Héritier.

Sekiro est retrouvé par un homme mystérieux, le Sculpteur, qui lui offre une prothèse Shinobi et l’informe que l’Héritier est détenu au château d’Ashina. En vertu du Code de fer des Shinobi et par devoir envers son seigneur, le Loup entreprend d’aller délivrer son maître et de se venger de Genishiro, quel qu’en soit le prix.

Le lore du jeu, que l’on découvre par les dialogues ou les objets à collectionner, a toujours eu une place centrale dans les jeux de From. Quel genre de monde avez-vous construit dans Sekiro ? Pensez-vous l’élargir ou s’agit-il d’une histoire autonome ?

Le début de Sekiro : Shadows Die Twice est assez simple en termes de narration, avec un lore indirect, basé sur les objets, comme les fans de From en ont l’habitude.

En outre, de nouvelles manières de raconter l’histoire sont introduites : le joueur peut avoir des discussions et parfois des interactions avec de nombreux PNJ dans le jeu, et l’un des arts des Shinobi est d’avoir les oreilles qui traînent. En écoutant des conversations, vous pouvez obtenir des informations cruciales sur le monde et les points faibles des ennemis.

Quant au fait que l’histoire soit unique et autonome ou pas, je préfère ne pas répondre.

Diriez-vous qu’il s’agit d’un jeu ouvert ou linéaire ? Les joueurs ont adoré trouver des raccourcis entre les différentes zones dans les Souls, y aura-t-on droit aussi ?

FromSoftware décrit Sekiro : Shadows Die Twice comme le « plus proche de Dark Souls 1 » en matière de structure du monde. À quelques exceptions, le monde contient des environnements reliés avec plusieurs chemins possibles. Dans ce cadre, certaines parties sont assez linéaires, mais vers la moitié du jeu, les choses s’ouvrent et le joueur peut choisir dans quel ordre parcourir les différentes zones.

Je peux déjà dire qu’il y a de nombreux raccourcis, des secrets, et des portes qui « ne s’ouvrent pas de ce côté ». Nous avons veillé à ce que les joueurs les plus curieux qui n’ont pas peur de s’aventurer dans les coins sombres soient récompensés.

Les combats de Sekiro semblent assez différents des Souls. Il semble que l’accent est plutôt mis sur les esquives, voire sur le fait d’éviter les combats, que sur les parades.

L’idée n’est pas vraiment d’éviter les combats. Sekiro est avant tout un jeu d’action, pas d’infiltration, bien que ce soit une technique parmi d’autres. En utilisant soigneusement l’infiltration, vous pouvez vous tirer d’un mauvais pas, mais vous n’éviterez pas tous les combats. From a préparé de nombreux outils pour que les joueurs puissent améliorer leurs chances de survie.

Quand le combat s’engage, l’objectif est de briser la garde de l’adversaire pour lui porter un puissant coup mortel Shinobi. Le système de postures fait qu’une stratégie basique comme « je frappe et je cours » ne sera pas efficace, parce que la posture de l’énergie se régénère si vous vous éloignez.

Une stratégie ultradéfensive ne sera pas efficace non plus pour plusieurs raisons : garder le bouton de parade enfoncé ne vous protège pas des dégâts de posture et votre garde finira par se briser. Si vous vous contentez de repousser les attaques, la régénération de posture de votre ennemi ne ralentira pas. Vous devez frapper l’ennemi pour réduire sa vitalité et la vitesse de sa régénération, afin de pouvoir briser la garde plus facilement.

Un maître Shinobi doit faire face à l’ennemi, l’attaquer fréquemment tout en déviant ou contrant toutes les attaques de l’adversaire. Si vous parvenez à résister assez longtemps, vous vous en sortirez.

Quelle place la mythologie japonaise tient-elle dans le jeu ? On pourrait penser qu’il se déroule dans le monde réel, mais avec de nombreux ennemis surnaturels.

Sekiro : Shadows Die Twice n’explore pas vraiment la mythologie japonaise à proprement parler. Une partie du lore et des créatures s’en inspire, mais ce sont toujours des créations de l’esprit délicieusement tordu de Miyazaki et de son équipe.

Aurons-nous droit à des combats épiques contre des boss comme dans les autres jeux de From ? Lequel est votre préféré ?

Vous pouvez être sûr qu’il y en aura. Parler de mon préféré serait un spoiler. Tout ce que je peux dire, c’est que les boss de Sekiro sont assez difficiles, mais dans le bon sens. C’est une expérience FromSoftware classique, où vous apprenez à chaque essai, et quand vous gagnez enfin, vous ressentez une grande fierté

Verra-t-on un arsenal varié dans le jeu et adopter différents styles de jeu selon les armes ?

Les combats sont complexes, mais ils se fondent sur trois aspects immuables : la prothèse Shinobi (le bras gauche), l’épée (bras droit) et les arts martiaux (les mouvements acrobatiques).

La prothèse peut être équipée d’outils et d’armes variées qui peuvent être améliorés. Certains sont des armes plus traditionnelles, avec des attaques multiples, et d’autres sont moins orthodoxes. Ces outils disposent de combos spéciaux à débloquer et qui font aussi appel à l’épée, comme la compétence « Chasing Slice », qui permet une fente rapprochée après avoir lancé un shuriken.

Avec l’épée, il y a 5 combos de base, une attaque puissance et plusieurs techniques spéciales à apprendre, appelées « Arts du combat). Il y a aussi des attaques contextuelles que l’on peut placer après certains mouvements, comme une contre-attaque après une esquive pour diminuer la vitalité de l’adversaire, ou une autre que l’on peut faire après une accélération. L’épée est aussi votre première ligne de défense pour repousser et bloquer les attaques adverses.

Les arts martiaux sont des déplacements acrobatiques. Par exemple, il peut sauter et frapper des ennemis, leur passer par-dessus la tête, marcher sur leurs lames, courir et glisser sous une volée de flèches…

Ce sont les attaques de base, mais il y en a d’autres à découvrir, comme les puissantes techniques ninjutsu à partir du milieu du jeu. Il faut réussir à maîtriser ces techniques ensemble, par exemple en enchaînant un coup de pied sauté, un lancer de shuriken avant de retomber et une attaque directe à l’épée dès que vous touchez le sol.

En parlant d’attaques aériennes, les sauts tiennent aussi une place importante. Vous pouvez contrer une attaque dans les airs, sortir des combos aériens et utiliser les outils de la prothèse. Le fait que les combats sont en 3D (il faut par exemple impérativement sauter pour éviter certaines attaques) ajoute une nouvelle dimension à l’expérience.

Pour répondre à la question sur le style de jeu, les joueurs auront une certaine liberté grâce au système de compétences, qui leur permet d’adopter le style ou les méthodes qu’ils préfèrent. Par exemple, le style Shinobi porte essentiellement sur les Arts martiaux et améliore l’infiltration et les bottes secrètes. Le style Prothèse permet d’augmenter la puissance des outils avec des attaques spéciales. Le style Ashina inflige plus de dégâts à la posture de l’ennemi grâce à des attaques à l’épée plus dévastatrices. Toutes ces techniques sont viables et votre choix dictera les outils qui seront à votre disposition pour faire face aux grands défis qui vous attendent.

 

Merci à Robert Conkey d’avoir pris le temps de répondre à nos questions sur Sekiro : Shadows Die Twice. Pour tout savoir sur Sekiro et vos jeux préférés, suivez le Xbox Wire.

Sekiro : Shadows Die Twice est optimisé Xbox One X. Le jeu est disponible en précommande sur Xbox One via le Microsoft Store et sortira le 22 mars.