Entretien avec Idris Elba – Comment Cyberpunk 2077: Phantom Liberty a attiré une autre superstar d’Hollywood

Il n’y a pas si longtemps, Idris Elba n’était qu’un simple joueur de Cyberpunk 2077. Aujourd’hui, il est un acteur à part entière du jeu et joue un rôle important dans la nouvelle extension Phantom Liberty. Oh, et pour faire bonne mesure, il a supervisé et créé une partie de la nouvelle musique du jeu. Le parcours de ce célèbre acteur a été semé d’embûches, mais tout a commencé par une simple discussion :

« C’était vraiment une conversation exploratoire », a-t-il déclaré à Xbox On. « Vous aimez les jeux vidéo ? Est-ce que vous êtes amateur de jeux vidéo ? Cela vous intéresserait-il de participer à un projet ? Et puis, sans nous en rendre compte, nous avons eu une conversation à propos de Cyberpunk. Je connaissais Cyberpunk en tant que jeu vidéo, j’y avais joué, l’idée de faire partie de l’extension m’a séduit. »

Cela a sans doute été facilité par le fait qu’il avait déjà vu Keanu Reeves dans le rôle de Johnny Silverhand et, peu après, Elba a rejoint le projet pour interpréter Solomon Reed, une figure clé de Phantom Liberty, à mi-chemin entre l’acolyte et le mentor du personnage-joueur V. Reed – et le rôle d’Elba dans son interprétation – est connu depuis un certain temps, mais nous n’avons pas appris grand-chose sur Reed lui-même. Il s’agit manifestement d’une décision délibérée, comme l’explique Elba : « Son histoire comporte de nombreux rebondissements et elle est profonde. J’ai été attiré par ce personnage, parce que c’était un personnage dramatique ».

Ce que nous savons de Reed, c’est qu’il est un ancien agent spécial tourmenté, « quelqu’un qui est vraiment dévoué à son métier, à sa profession, à son pays ». Mais quand vous le rencontrez, je ne dirais pas que c’est une histoire tragique, mais plutôt une histoire qui comporte plusieurs couches, et vous allez rencontrer quelqu’un qui est en quelque sorte renfermé sur lui-même. Mais quand on se lance dans l’extension avec Solomon, on comprend un peu mieux qui il est. Il devient le guide de V, ou son protecteur dans certains cas, et vous ne savez pas si vous pouvez lui faire confiance ou non. »

Le processus de création de Reed a été intéressant pour Elba. Bien qu’il soit déjà apparu dans des jeux vidéo, il n’avait jamais joué un rôle aussi important que celui-ci – et le faire dans le cadre d’un jeu aussi massif que Cyberpunk représentait déjà un défi en soi. Heureusement, il a estimé que l’écriture était suffisamment solide pour lui permettre d’entrer facilement dans la peau du personnage :

« C’est tellement complexe. Je suis arrivé et j’ai simplement hérité du monde que vous connaissez – et la narration est profonde. J’ai donc apporté ma propre nuance en termes de sonorité, de spectre émotionnel, mais c’est très bien écrit. »

Le travail d’Elba consistait presque exclusivement à faire du doublage, ce qui signifie que ses séances d’enregistrement étaient enregistrées sur vidéo pour servir de référence aux animateurs. Pour un acteur, mettre son image entre les mains de quelqu’un d’autre est un acte de foi, mais Elba s’est senti entre de bonnes mains. « C’est amusant », explique-t-il, « parce que vous pouvez dire une phrase, et vous pouvez la dire avec, vous savez, l’intention de faire du mal. Et l’animateur peut faire en sorte que vous ayez l’air heureux pendant que vous la prononcez – mais si ça marche, ça marche. Et c’est la beauté de ce genre de collaboration, je pense. »

Cette collaboration, ainsi que la richesse de l’histoire, ont nécessité trois années entières de travail. Une autre différence essentielle par rapport à son travail habituel est que Reed doit être capable de prendre plusieurs directions au cours d’une seule et même conversation. « Un jeu comme celui-ci, vous le jouez en fait trois fois, parce que vous avez trois réponses différentes », explique Elba à propos du long processus. « Vous essayez d’enregistrer toutes les différentes trames en même temps […] C’est tout un processus – chapeau à [CD Projekt Red]. »

Il rit en disant : « Je ne suis pas certain de participer à un autre jeu de sitôt. C’est de l’acharnement, de l’acharnement digne de ce nom. »

Mais il est ravi du résultat et ne tarit pas d’éloges à l’égard de l’équipe de CD Projekt Red tout au long de l’entretien. Ils sont probablement ravis de lui aussi, notamment parce qu’il ne s’est pas contenté de jouer dans l’extension, mais qu’il a apporté l’expérience de sa carrière parallèle de DJ pour aider à élaborer la nouvelle identité musicale de Phantom Liberty, en choisissant des morceaux pour une nouvelle station de radio, et même en créant les siens :

« J’ai en quelque sorte franchi le cap de la supervision musicale. Vous savez, essayer de choisir une « sonorité » qui soit en rapport avec cet environnement incroyable – et c’était vraiment super. En tant que DJ, c’est ce que vous faites lorsque vous entrez dans un club : vous avez un millier de personnes, toutes différentes, et vous choisissez une chanson qui les fait toutes bouger. C’était donc un peu comme un processus de sélection, et c’était tout simplement très plaisant. »

« J’ai [aussi] réussi à composer trois chansons. C’était aussi très sympa – l’une est un morceau tech house, l’autre est plutôt hip-hop, et la dernière est juste un peu expérimentale. Parce que Cyberpunk pourrait être n’importe quoi – c’est du cyber, c’est du punk, et le punk et le cyber sont des sortes de mélanges dans tous les cas. Nous sommes allés là où nous voulions. »

Nous n’avons plus très longtemps à attendre pour voir comment le rôle de Solomon Reed joué par Elba changera la donne – Cyberpunk 2077: Phantom Liberty arrive sur Xbox Series X|S le 26 septembre.

Cette interview a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.