SteamWorld Build est l’expérience la plus impressionnante et la plus folle de la série à ce jour

SteamWorld n’est pas une série comme les autres. Alors que la plupart des franchises de jeux prennent une idée de base unique et la développent au fil des épisodes, les créateurs de SteamWorld ont décidé très tôt que le jeu pouvait être tout ce qu’ils voulaient. Il s’agit d’un jeu de tower defense, d’un jeu minier Metroidvania, d’un jeu de tir stratégique en 2D et d’un jeu de cartes, tous situés dans le même univers de robots fonctionnant à la vapeur. Pour les fans de SteamWorld, c’est toujours un plaisir de voir ce qu’il pourrait faire ensuite – et maintenant, avec SteamWorld Build, il s’agit d’une toute nouvelle approche du genre de la construction de villes. C’est un changement particulièrement inattendu.

Mais, ne se contentant manifestement pas de la même chose trop longtemps, Build apporte une autre première à la série : c’est le premier jeu SteamWorld à ne pas être réalisé par ses créateurs originaux, Image & Form (qui ont depuis fusionné avec d’autres studios pour devenir Thunderful Games, et qui travaillent sur de futurs jeux SteamWorld). Après avoir été racheté par Thunderful, The Station a pris le relais pour créer Build. Et pour faire bonne mesure, ils en ont fait le premier jeu SteamWorld à utiliser une perspective 3D, ainsi que le premier jeu de la série à être doublé par des comédiens et des comédiennes.

Il s’agit d’une nouvelle étape fascinante pour la franchise. J’ai rencontré le Directeur du jeu Andreas Persson, la Directrice artistique Sofie Wikström et le Responsable de la franchise SteamWorld Brjann Sigurgeirsson pour discuter de la façon dont ils ont envoyé SteamWorld vers ce qui pourrait être son plus grand bond en avant à ce jour.

« Nous connaissions bien The Station », explique Sigurgeirsson à propos de cette collaboration. « Nous savions qu’il s’agissait d’un studio très solide qui avait beaucoup travaillé sur la franchise LittleBigPlanet. Nous savions également qu’ils travaillaient sur leurs propres projets. Lorsque l’occasion de les acquérir s’est présentée, nous avons sauté sur l’occasion. L’une des premières choses que nous leur avons dites, c’est : « Ça ne serait pas génial si vous pouviez nous proposer quelque chose qui s’inscrive dans l’univers de SteamWorld ? »

« Comme il s’agissait de notre premier jeu SteamWorld, nous avons regardé ce que [Thunderful] avait fait auparavant », poursuit Persson. « Ce que nous avons retenu, c’est qu’ils sont vraiment doués pour prendre quelque chose de familier, puis le mélanger à quelque chose d’autre et créer quelque chose d’unique… À partir de là, nous avons vu qu’il y avait un très bon city builder qui pouvait être créé dans cet univers en prenant la partie ville et en la combinant avec le gameplay minier. Je dirais que c’est comme si un city builder rencontrait Dungeon Keeper. »

SteamWorld est une série qui ne reste jamais figée, et elle peut évoluer dans des directions encore plus inattendues en employant de nouveaux groupes de développeurs, avec des perspectives nouvelles et une expertise différente.

The Station travaillait depuis longtemps sur des idées de construction de ville, mais SteamWorld leur a offert une opportunité unique : travailler sur deux niveaux. En surface, vous construisez une ville ferroviaire aux allures de Far West, en assemblant des logements, des usines et des équipements pour une population croissante de Steambots. Mais sous le sable et la terre, l’action change du tout au tout, vous demandant de creuser vos propres mines pour trouver les ressources nécessaires en surface, avec des éléments de dungeon crawling et de tower defense. La façon dont ces deux couches sont reliées constitue l’unique argument de vente, vous obligeant à gérer deux types de jeu à la fois et vous donnant toujours quelque chose d’intéressant à accomplir.

Cela peut sembler intimidant, mais The Station a également pris en compte un autre élément clé de SteamWorld : le fait que l’ensemble de la série fonctionne comme un smörgåsbord de genres de jeux, et vise à initier ses fans à de nouveaux genres de manière accessible.

« À partir de là, nous avons vu qu’il y avait un très bon city builder qui pouvait être créé dans cet univers en prenant la partie ville et en la combinant avec le gameplay minier. Je dirais que c’est comme si un city builder rencontrait Dungeon Keeper. » Andreas Persson, Game Director

« C’est un point sur lequel nous avons travaillé dès le début du développement », explique Persson, « car nous savions que nous aurions beaucoup de nouveaux joueurs et joueuses qui connaissaient le monde, mais pas nécessairement les jeux de gestion des ressources. Nous avons donc dû réfléchir à la manière de communiquer les informations et à la complexité du jeu. Nous avons délibérément décidé, dès le début, de garder la ville assez simple. Nous ne voulions pas que des incendies éclatent dans la ville et détruisent tout. »

L’idée est d’exiger de la joueuse et du joueur qu’il construise efficacement, mais de ne pas être puni si l’on n’y parvient pas. De même, pendant que vous exploitez une mine, les choses se déroulent en surface, ce qui réduit la nécessité de changer constamment de niveau et de faire de la microgestion. Mais, comme le dit Persson, ce n’est pas qu’il y ait un manque de complexité :

« Je me souviens que certains testeurs et testeuses n’avaient pas réalisé à quel point le jeu était complexe avant d’avoir tout appris », poursuit Persson. « En effet, lorsque vous arrivez au premier étage de la mine, il n’y a pas beaucoup de complexité. Mais au fur et à mesure que vous avancez, vous apprenez chaque étape, et chaque étape s’appuie sur la précédente. Nous nous sommes donc dit que nous voulions que ce soit “complexe, mais pas compliqué. »

Un autre élément à prendre en compte pour The Station et Thunderful était de transformer un genre mieux connu sur PC en une expérience adaptée aux consoles. SteamWorld a toujours eu sa place sur console, et il ne serait pas juste de limiter Build.

« Nous avions joué à quelques jeux [de construction de villes] [sur console] et nous n’avions jamais vraiment eu l’impression qu’ils fonctionnaient », explique M. Wikström. « Nous savions donc qu’à l’avenir, nous devrions adapter l’interface utilisateur et le gameplay en fonction de la console. » Contrairement à d’autres jeux, il ne s’agissait pas simplement de travailler sur les commandes des boutons : des fonctionnalités entières ont été créées en tenant compte de la manette. « Si nous avions quelque chose à proposer, nous devions toujours l’envisager en prenant en compte la manette… Je sais qu’il y a des fonctionnalités qui ont été développées de manière spécifique à cause de cela. Plutôt que d’essayer de tout intégrer à la console. »

The Station s’est imposé des limites pour s’assurer que le jeu avec une manette soit toujours agréable – il est jouable sur console depuis la toute première version du jeu, et chaque fois qu’une mise à jour était préparée, elle devait être testée sur console avant d’être approuvée.

Encore une fois, il s’agit d’une réflexion très « SteamWorld » : la série a toujours privilégié l’originalité et l’accessibilité, et The Station a appliqué cette réflexion même à des éléments du développement de jeux auxquels Thunderful n’avait jamais eu à penser auparavant.

Et, au-delà du jeu lui-même, c’est là toute la beauté de SteamWorld Build : il ouvre de nouvelles portes à cette série déjà très ouverte. The Station ne se contente pas de présenter aux fans de SteamWorld de nouvelles idées et de nouvelles façons d’appréhender la série, mais aussi Thunderful.

« Je pense que The Station a prouvé que nous pouvons faire évoluer SteamWorld dans toutes les directions. Il y a une blague en interne qui dit que le prochain jeu devrait être un simulateur de rencontre. Et c’est une blague jusqu’à ce que nous fassions ce jeu », s’amuse Sigurgeirsson. « Je pense que The Station en est la preuve. Ils ont été courageux et très compétents – ils ont rassemblé suffisamment de connaissances et se sont lancés dans l’aventure. Et le résultat est vraiment, vraiment excellent. »

SteamWorld Build sera disponible sur Xbox Series X|S et Xbox One le 1er décembre. Elle sera disponible dans le Xbox Game Pass dès sa sortie.